Pages

vendredi 17 juin 2016

Salutations distinguées

J'avais envie d'attendre janvier 2017 pour clore ce chapitre bloguesque, ça aurait fait pile 10 ans. Et puis non, quand c'est terminé c'est terminé, continuer ne serait que de l'acharnement et on ne produit rien de bon en se forçant.

On s'est quand même bien amusés.
Enfin, surtout moi.

Je n'aurais jamais cru que ça prendrait cette étrange forme, ce blog commencé un jeudi froid de chômage et d'ennui en 2007. Comme on couche ses pensées sur du papier, j'avais voulu faire la même chose mais avec un clavier plutôt qu'un stylo. Et sans entrer dans l'emphase, CSP a changé ma vie. Littéralement. Et à tous les niveaux, aussi bien personnel, que professionnel et même affectif. 2379 billets, tout de même. Des rencontres, toujours fortes, des amours, aussi, pourquoi ne pas le dire. Et des rancunes tenaces dont je m'enorgueillis : les gens qui détestent CSP ont raison de le faire. Si il ne vous aime pas, ce n'est pas par hasard.

It's been a ride.

J'ai surtout découvert que je savais écrire et que j'aimais ça. J'aime vraiment ça en fait, au point de me dire désormais que cette activité va sans doute occuper une part très importante de ma vie. Les formes et modalités de la suite sont encore en gestation, mais j'ai beaucoup d'idées, et d'une manière générale, je suis un garçon têtu qui aime bien aller au bout des choses. Et puisqu'on est dans la confidence, arrêter CSP ne signifie pas que je vais arrêter d'écrire sur Internet : la suite est déjà prête. Si cela vous réjouit, cela me touche, et je vous en remercie. Si cela vous navre, cela m'amuse, vous êtes très distrayants. 

Je dédicace ce blog tout entier à une personne en particulier. Une personne que j'ai rencontré grâce à CSP et avec qui je suis maintenant hélas brouillé pour des raisons maladroites. Malgré cela, ma reconnaissance est intacte et je n'oublierai jamais certaines improbables chaussettes. Deep down, you know who I really am. 

Il est temps de se réinventer et d'évoluer. Du passé faisons table rase et surtout merci, immense merci à vous toutes et vous tous de m'avoir suivi, de m'avoir lu, encouragé, insulté, détesté, adoré, et tellement d'autres choses. J'espère vous avoir amusé, divertit et fais un peu réfléchir, à l'occasion. Ici se clôt l'aventure d'un mousquetaire atypique d'une certaine gauche mais ne vous inquiétez pas : vous allez encore entendre parler de lui. Ô combien.

Sincèrement vôtre, 

CSP.